Pierre Michon
Jean-Philippe Toussaint
Stéphane Zagdanski
Charles Juliet
Andreï Makine
Les goûters philo
André Comte-Sponville
Fred Beltran
Xmen 2 (nouveauté)
Décalage Horaire
Dragon rouge
Michael J. Sheehy (nouveauté)
The Libertines/The Music
New Order
Magnus Lindberg
Biennale de Venise 2002
Jean-Claude Dauguet
Le noir gothique
Yves Coppens
Le monde selon Nadège
 
Recherche express
sur HorsPress ? Le moteur de recherche interne du site est à votre disposition...
 
Pour être tenu(e) au courant des mises à jour d'HorsPress, laissez-nous votre email !
 
HorsPress est configuré pour IE5 et sup, un écran de 1024*768
 


DRAGON ROUGE / RED DRAGON
       Ce film soulève la douloureuse question du " Comment aurais-je appréhendé cette histoire si je n'avais pas vu avant " le Silence des agneaux " ?

Le fait de ne pas avoir un oeil neuf a faussé sans conteste mon objectivité, j'ai donc essayé de scinder cette critique en deux parties : la première, plus impartiale ( sans doute ! ), est la vision d'une néophyte pour qui ce film n'est pas une partie d'un tout mais une entité à lui seul ; la deuxième est placée du point de vue de celle qui a vu avant "..." !!
En effet si le Silence des Agneaux ou le Sixième sens de Michael Mann ( Manhunter 1986, première adaptation du roman de Thomas Harris ) vous sont inconnus alors Dragon rouge est un thriller chirurgical qui vous tient grâce à une certaine dose de suspens. Le jeu d'acteur d'Anthony Hopkins y est époustouflant de subtilité, Hannibal Lecter réussit à vous glacer les sangs, à vous terrifier d'un mot, d'un geste, d'un regard.
Le film fonctionne de la même manière que le Silence des Agneaux dans le sens où l'on suggère beaucoup et l'on montre moins que dans le goresque Hannibal, l'image y est sombre, oppressante à souhait, l'histoire est plutôt bien ficelée mais sans doute un peu simpliste pour ceux qui "pratiquent" la technique Claris Sterling.

Pour ceux là, dont je fais malheureusement partie, le scénario nous emmène avec de gros sabots dans l'imaginaire et la folie du Dragon rouge. La psychologie de ce serial killer nous est étrangement familière et sans surprise... Peut-être est-ce le fait de l'avoir déjà survolée dans une multitude de téléfilms ? Cette impression de déjà vu est étayée par le fait que certaines scènes sont de pâles reproductions du deuxième volet de cette trilogie avec l'intelligence du montage en moins et comme une finesse n'arrive jamais seule je vous conseille de vous attarder sur la dernière scène qui introduit l'idée d'une suite !!!
Le réalisateur a sans doute voulu faire un "clin d'oeil" malicieux à ceux qui avaient aimé le Silence des Agneaux mais le résultat est tellement grossier qu'il insulterait presque votre intelligence !!

En conclusion et pour ne pas sortir déçu de cette projection, je vous recommande de visionner ce film sans a priori, mettez de côté –si possible- vos références, votre esprit "trilogiste" ainsi vous serez en mesure de vous laisser guider par l'histoire.
Si malgré ce conseil cela ne fonctionne pas, sachez que.... vous ne vous ennuierez pas un seul instant !!! Et c'est là, la magie du film...Vous serez tellement submergé par le raffinement et l'élégance de Sir Anthony Hopkins dont la performance vous délectera que vous en redemanderez et même, tout comme le Docteur Hannibal Lecter, vous pourriez rester sur votre faim !!

Nadège Cavigioli
Novembre 2002
 
 
 



Dragon rouge (1981), de Thomas Harris
 
Dragon rouge (Decca), de Danny Elfman

 

Visitez le site officiel de Thomas Harris
www.thomasharris.com

Visitez le site consacré à Dragon rouge
www.reddragonmovie.com

 

haut de page