Pierre Michon
Jean-Philippe Toussaint
Stéphane Zagdanski
Charles Juliet
Andreï Makine
Les goûters philo
André Comte-Sponville
Fred Beltran
Xmen 2 (nouveauté)
Décalage Horaire
Dragon rouge
Michael J. Sheehy (nouveauté)
The Libertines/The Music
New Order
Magnus Lindberg
Biennale de Venise 2002
Jean-Claude Dauguet
Le noir gothique
Yves Coppens
Le monde selon Nadège
 
Recherche express
sur HorsPress ? Le moteur de recherche interne du site est à votre disposition...
 
Pour être tenu(e) au courant des mises à jour d'HorsPress, laissez-nous votre email !
 
HorsPress est configuré pour IE5 et sup, un écran de 1024*768
 


Xmen 2
      
  Ce deuxième volet des Xmen est beaucoup plus proche de l'esprit des épisodes que l'on dévorait dans Strange ou Spécial Strange des années 80. On y retrouve l'école du Professeur Xavier, la quête du Serval et surtout la lutte contre l'intolérance, la lutte contre la peur de celui qui est différent. Ce racisme et ses conséquences sont toujours latents dans les BD de super héros mais la guerre ouverte et déclarée entre humains et mutants connaît son apogée dans l'album Xmen Dieu crée, l'homme détruit de C. Claremont et Brent Eric Anderson dont ce film est largement inspiré.

 Contrairement au premier épisode qui donnait l'impression de vouloir attirer le chaland non pas avec son scénario mais avec de gros effets spéciaux, " Xmen 2 " privilégie les personnages et leur dimension psychologique, émotionnelle voire spirituelle. Les images de synthèse sont remarquables.... Diablo y est plus vrai que nature, on le croirait sorti tout droit de la BD de Marvel, et on a même la chance d'apercevoir Kitty et Colossus.

 Le réalisateur a eu, cette fois-ci, la clairvoyance de ne pas trop vouloir coller à la " réalité " de la Bande Dessinée car la transposition sur écran même à l'aide de la technique actuelle est parfois grotesque ( cf " Hulk " ou " Xmen " lorsque Ororo -Tornade- s'envole ).

 Ce film m'a agréablement surprise de par sa sobriété efficace dans l'esthétisme et la psychologie des personnages. Le scénario est basique, manichéen, les personnages teintés d'une certaine profondeur. Les effets spéciaux permettent de rentrer dans l'histoire, de ne pas voir le temps passé et même pour les " fans" de remonter ce temps jusqu'à retrouver l'ambiance des album "Strange" de notre pré-adolescence.
Bref, ce genre d'exercice fait que l'on ne regrette absolument pas d'avoir attendu vingt ans pour voir nos super héros se matérialiser devant nous et de façon aussi fidèle.

Nadège Cavigioli
Mai 2003
 




Wolverine, en BD

Wolverine, au cinéma
 



X-men, l'intégrale 1975-1976

X-men, l'intégrale 1979 (vol.3)

X-men 1.5 (édition collector)

Pour en savoir plus sur X men 2
 
 
 

haut de page